La divination, voilà un terme qui fascine et interroge à la fois ! Ma vie entière a tourné autour de cette pratique occulte, depuis ma tendre enfance jusqu’à l’âge adulte. J’ai un lien très fort qui m’unit à elle et je ne serais probablement pas là pour le dire, si elle n’avait pas été présente. Laissez-moi-vous raconter mon histoire et mes expériences qui m’ont rapprochées de ce domaine.

Je suis née dans une famille sensible aux arts divinatoires

Le point de départ de ce lien avec la divination est probablement mon évolution au sein d’une famille qui était dotée d’une forte perception extrasensorielle. Ma mère a d’ailleurs été voyante une partie de sa vie, elle a toujours su percevoir ce qui n’allait pas chez les gens, ce qu’ils devaient améliorer, elle avait ce je ne sais quoi qui faisait que la divination était comme une capacité innée chez elle.

Je me souviens de cette fois où elle avait embauché une baby-sitter pour me garder. Lorsque cette dernière est arrivée ma mère a eu comme un sentiment d’effroi, elle avait perçu quelque chose chez cette femme. Elle lui a ainsi demandé de partir et a contacté une autre personne pour me garder. Elle m’a par la suite expliquée qu’elle avait ressenti chez la précédente baby-sitter de mauvaises ondes, mais aussi un futur semé d’embûches qui aurait pu être dangereux pour moi.

Mon père avait aussi cette capacité divinatoire, cela le rendait donc très protecteur voire trop ! Il y avait certaines fois où il m’interdisait d’aller à l’école car il sentait que quelque chose aller m’arriver là-bas. J’apprenais le lendemain qu’un de mes camarades de classe s’était blessé. Même si cela m’agaçait de temps en temps, je savais qu’il le faisait pour mon bien.

Mon frère, lui, était toujours plus en retrait par rapport à la divination, mais il croyait à toutes ces prédictions et prenait ses précautions quand il le fallait. De mon côté, j’avais aussi le sentiment de ressentir des choses, d’avoir une sorte d’instinct. Lorsque je regardais la série Charmed à la télévision, j’avais une sorte d’euphorie qui me traversait le corps ! Une expérience m’a un jour confirmée ces pressentiments, je vais vous la raconter.

J’ai vécu une expérience qui aurait pu me coûter la vie

 

Mon lien avec le domaine de la divination s’est renforcé pendant un fameux jour. J’étais sorti en ville avec des copines, à l’époque j’habitais à la campagne je devais donc prendre le bus pour me rendre au centre-ville. Une fois la journée terminée, nous nous sommes rendus à l’arrêt de bus pour rentrer chez nous.

Le bus a fini par arriver et au moment où les portes se sont ouvertes, j’ai eu comme un mauvais pressentiment, des frissons me parcouraient tout le corps, comme si tous mes sens étaient en alerte. Je ne voulais pas le dire à mes amies, j’avais peur de paraître pour une folle ! J’ai donc inventé une fausse excuse pour que nous ne prenions pas ce bus mais le prochain. Le suivant est arrivé et nous sommes montés dedans.

Pendant le trajet, le conducteur a reçu un appel lui informant que le bus qui l’avait précédé avait eu un accident et s’était renversé dans un fossé ! A ce moment-là, j’ai compris que le pressentiment que j’avais eu avant n’était pas un hasard, c’était comme si j’avais prédit cet accident. Je sentais ainsi que je commençais à percevoir les choses comme mes parents, il fallait donc que je continue à exploiter ce don qui me permettait de percevoir l’avenir.

Je me suis documenté, informé, instruite sur la voyance et la divination

 

Cette expérience m’avait ouvert les yeux, il fallait que j’en apprenne plus sur la divination ! Je me suis lancée ainsi dans de nombreuses recherches afin de comprendre ce qui pouvait l’expliquer. J’ai regardé de nombreux documentaires sur le domaine, des témoignages de personnes qui avaient vécu le même type de situations que moi, mais aussi des vidéos YouTube qui apportaient des explications diverses à ce don de divination et de voyance.

J’ai aussi demandé de précieux conseils à mes parents, je souhaitais savoir la première fois où ils avaient perçu ce don, les explications qu’ils en avaient. L’objectif était de récolter le plus d’informations possibles. J’ai d’ailleurs fini par aller à la rencontre d’une personne qui avait eu la même situation que moi, je l’avais rencontré sur un blog destiné à la voyance.

Nous avons ainsi échangé sur nos impressions, sur ce que l’on ressent, cela a été très instructif ! Il m’a expliqué que beaucoup de personnes de son entourage sont aussi très sensibles à ce genre de chose et que ça aurait ainsi pu jouer sur sa capacité à lui. Cela expliquerait aussi mon cas car ma famille est aussi très réceptive par rapport à ce phénomène.

Enfin, j’ai aussi eu le témoignage d’une amie qui est allée consulter une voyante. Elle s’est ainsi rendue au cabinet de Dalila Sheraz Voyance. Elle m’a raconté qu’elle avait eu une très bonne expérience ainsi que des réponses à toutes ses questions ! J’ai ainsi pris l’initiative d’aller voir aussi une voyante. Qui pourrait plus m’éclairer sur ma situation qu’une personne qui baigne dans la divination au quotidien ?

 

J’ai obtenu des réponses lors d’une consultation de voyance

 

Je me suis donc rendue chez une voyante après avoir réserver une séance sur internet. Je voulais avoir des réponses sur cet évènement du bus et sur la divination en général, une voyante était parfaitement placée pour le faire. Quand je suis arrivé, j’ai senti une atmosphère apaisante, comme si j’étais entourée d’une énergie qui était compatible avec la mienne ! Cela m’a réconforté dans mon idée de venir consulter une voyante.

Cette dernière m’a accueilli chaleureusement, avant de lui expliquer ma situation, je l’ai laissé me prédire mon avenir, elle m’a ainsi tiré les cartes de tarot. Elle m’a expliqué qu’un récent évènement bouleversant avait réveillé quelque chose en moi, que cela allait avoir un impact pour la suite. Cela concordait parfaitement avec ce que je prévoyais de lui dire !

J’ai ainsi commencé à lui expliquer ma situation, l’événement du bus, le lien que ma famille a avec la divination… Elle m’a expliqué que des personnes avaient effectivement un don à leur naissance, une sorte d’instinct qui était plus développé que les autres. Elle m’a aussi expliquée que mon entourage qui est réceptif à la divination, avait probablement grandement participé au développement de mon don.

Elle m’a ainsi donné quelques conseils pour le développer et l’utiliser au quotidien. Je me suis ainsi mis à effectuer au quotidien, quelques exercices. J’ai par exemple, pris ma voiture et j’ai tenté de retrouver, sans GPS, une rue dont je ne connaissais pas la localisation. Au bout de quelques essais, j’ai fini par y arriver ! Autre exercice, décrocher au téléphone et tenter de deviner qui m’appelle, en me concentrant. Ces exercices pratiques et simples me permettent ainsi de développer ce lien que j’ai avec la divination. L’appliquer au quotidien, c’est parfois se faciliter la vie, mais il ne faut pas en abuser, de risque d’être déçu.

Comment ma famille a accueilli mon don

 

A l’annonce de mon don de voyance, ma famille n’était pas très surprise ! Pour eux, il était évident qu’en évoluant dans un milieu comme le leur, je finirais par développer des capacités divinatoires. Ma mère m’a félicité et mon père était un peu triste car il savait que maintenant je pouvais me débrouiller seule dans certaines situations. Mon frère était aussi content pour moi, mais j’ai tout de même ressenti une pointe de jalousie chez lui.

Mes parents m’ont ensuite mis en garde sur ce don, que je ne devais pas prendre les choses pour acquis juste parce que j’avais développé ces capacités de divination. Je devais les utiliser avec parcimonie et faire attention aux réactions que pourrait avoir les autres à l’annonce de mon don. Ce sont de précieux conseils que j’applique au quotidien afin de ne pas avoir d’ennuis !

J’ai appliqué avec parcimonie, mon don de divination, au quotidien

 

Ces différents exercices m’ont permis de mettre mon don de divination, en application, dans ma vie quotidienne. Cela ne marche pas à tous les coups, mais je sens qu’il y a du progrès. A plusieurs reprises je suis retournée voir la voyante pour lui faire part des évolutions, de mes expériences. J’apprécie discuter avec elle, elle me transmet de précieux conseils qui me sont utiles. C’est aussi une passion que l’on partage, pas seulement un don de clairvoyance. Une passion que je peux partager avec ma famille et quelques connaissances.

Ainsi, au quotidien, je m’amuse à utiliser ce donc pour devenir ou trouver des choses. Lorsque je suis au supermarché, j’arrive à devenir les prix des produits que je souhaite acheter mais aussi le montant que je dois payer à la fin. Quand je suis en voiture, j’aime suivre mon instinct pour trouver une place de parking, ce dernier me trompe rarement ! Dans un aspect plus ludique, je me rends compte que ce don me permet d‘être plus douée lors des jeux de carte, il m’est plus facile de prédire les cartes qui vont tomber et donc l’issue de la partie.

J’apprécie aussi utiliser ce don comme outil d’empathie. Je conseille ainsi régulièrement mes amies sur leur vie amoureuse ou professionnelle. J’essaye de prédire leur avenir afin de leur éviter des déconvenues et de les diriger vers le meilleur. Il m’arrive d’appliquer ces conseils à moi-même en me tirant les cartes par exemple, afin de prendre plus facilement des décisions compliquées. Je considère ce don, comme extraordinaire, même surréaliste, c’est pour cela qu’il est aussi important d’en faire profiter les autres, le garder pour soi serait trop égoïste.

Je songe à utiliser mon don pour aider les autres

 

En effet, cette idée m’a traversée plusieurs fois l’esprit, je pourrais mettre ce don à disposition des autres en ouvrant aussi un cabinet de voyance par exemple, mais cette décision ne peut pas être prise sur un coup de tête. J’en ai déjà discuté plusieurs fois avec la voyante qui est devenue une amie. Cette dernière m’a tout de même mis en garde, un don de voyance peut partir du jour au lendemain, il ne se contrôle pas. Certains voyants se sont brûlés les ailes en exploitant trop ce don.

Pour devenir une voyante professionnelle, je devrais aussi obtenir un statut juridique pour être reconnue légalement. Je n’ai pas forcément le temps d’effectuer les démarches et je ne suis pas très calée administrativement. Pourtant l’aide à la personne est quelque chose qui me tente, énormément. Déjà petite, je voulais devenir infirmière pour aider les autres, je pourrais me rattraper en mettant mon don à disposition des autres.

J’en ai aussi discuté avec mes parents, ces derniers sont mitigés car ils considèrent que la divination est un art qui de développe, il est compliqué d’en faire son métier. Je suis d’accord sur le fond, mais je pourrais aussi le faire bénévolement, à côté, comme activité extra-professionnelle. Développer une clientèle en croyance n’est cependant pas chose aisée car le marché est concurrentiel et se développe continuellement de jour en jour.

Il me faudrait une offre commerciale claire et avantageuse par rapport aux autres, je devrais aussi apprendre à maitriser chaque outil de divination. Des compétences en communication seraient aussi indispensables pour faire parler de moi. C’est tout une entreprise que je devrais gérer, je ne sais pas si je pourrais gérer la pression ! Je pourrais tout simplement continuer à conseiller mon entourage, à un plus petit niveau, je pourrais me contenter de ça, mais j’ai encore besoin de temps et d’expérience avant de prendre une telle décision.

 

Mon cadre, de vie, mon expérience bouleversante, mes rencontres mais aussi mes efforts, m’ont ainsi permis de développer un don pour la divination. Aujourd’hui cette dernière fait partie intégrante de ma vie, et je ne serais pas ici sans elle. J’utilise régulièrement ce don pour venir en aide à mon entourage, je prends ainsi la place d’une conseillère ou d’un guide ! Je ne sais pas encore si je souhaite en faire mon métier, mais une chose est sûre, je l’utiliserais toujours pour venir en aide aux autres ! Si vous aussi, vous pensez détenir un don de clairvoyance, n’hésitez pas à le développer !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.